Ma (courte !) vie sous Android

Depuis leur sortie en 2007, j’utilise des iPhone. Je n’avais jamais envisagé d’utiliser autre chose. Android ne cessant de gagner des parts de marché, je me suis dit qu’il était temps de franchir le Rubicon et de voir en pratique ce qui faisait le succès d’Android.

Chercher à comprendre

Chez Apple, les choses sont d’une simplicité déconcertante : 2 modèles de téléphones (actuellement le 3GS et le 4S), une seule version d’OS. L’effet de gamme n’est apporté que par la couleur (noir ou blanc) et l’espace de stockage (de 16 à 64 Go).

Acheter un iPhone peut se réduire à une seule question : quel budget ?

Du côté Android les choses ne sont pas si simples. Actuellement sur le marché, on trouve plusieurs versions de l’OS (1.5, 1.6, 2.3, 4.0) et surtout, une ribambelle d’interfaces homme-machine : Sense chez HTC, TouchWiz chez Samsung… Bref acheter un téléphone sous Android revient à résoudre une équation à quatre inconnues :

  • Quelle version d’Android (les mises à jour ne sont pas toujours possibles et rarement faciles à faire) ;
  • Quelle IHM, ce qui bien souvent revient à la question quel constructeur ;
  • Une fois choisie l’IHM ou le constructeur, quel modèle ? A titre d’exemple, Samsung (le leader du marché) propose dix-huit modèles dans sa gamme Galaxy !
  • Et naturellement, quel budget ?

Après avoir testé un Samsung, je me sentais perdu dans une IMH que j’ai trouvé assez brouillonne. Je me suis tourné vers HTC dont l’IHM (Sense) m’a semblé plus fluide. Enfin, quitte à essayer, autant le faire dans de bonnes conditions : j’ai donc décidé d’utiliser Android 4.0 (Ice Cream Sandwich).

Justement, en ce début avril, htc a sorti le One X, un nouveau modèle particulièrement attirant le One X : Android 4, un processeur quad core et en prime un écran de 4,7″. En avant donc pour le test !

Premières impressions

Sur le matériel : l’iPhone est un modèle de design : tout en métal, compact et dense. Il inspire confiance. le HTC est plus fin, plus grand et tout en plastique : à ce prix là c’est un peu cheap (600 EUR pour le One X contre 739 pour son équivalent chez Apple) ! Avec une construction tout plastique il est assez difficile de damer le pion à Apple et son design verre et aluminium…

Les finitions sont bonnes mais HTC n’a pas le soucis du détail auquel Apple habitue ses clients : l’appareil photo dépasse de la face arrière, les boutons sensitifs en façade ne sont pas hyper pratiques à utiliser : leur donner un peu de relief aurait été appréciable ; cela facilite une utilisation rapide ou à l’aveugle. Chez Apple le seul bouton en façade est concave, ce qui est très pratique.

Le vrai avantage de l’htc, c’est son processeur (Tegra 3 de chez nVidia) : un quad core cadencé à 1,5 MHz, autrement dit une bête de course à côté du poussif A4 d’Apple. Associé au grand écran, cela donne une machine très intéressante : un vrai ordinateur de poche. Il est volumineux, certes, mais pas si lourd que ça et il tient très correctement dans de grandes poches.

Ceci dit, l’écran de l’iPhone est exceptionnel de densité et de précision. l’écran de l’htc est excellent mais l’affichage n’a pas la finesse de l’iPhone. Comme l’écran est grand, cela donne beaucoup de confort mais ne permet pas facilement une utilisation à une seule main.

Passons à l’utilisation

Les designers le savent mieux que personne : le diable se cache dans les détails. Dans ces petites choses qui font le confort au quotidien. En matière d’IHM il s’agit de tous ces petits détails qui font que des fonctions sont faciles à trouver d’une application à l’autre et qui donnent de la consistance à l’expérience utilisateur.

L’iPhone est livré avec assez peu d’applications embarquées. En revanche elles sont très étudiées, presque sophistiquées. Sur Android, le téléphone regorge d’applications embarquées qui sont toutes plus mauvaises les unes que les autres !

Prenons l’exemple du mail : sur iPhone le mail est unifié : une seule application pour tous les comptes. Sur Android, il y en a deux : une pour Gmail et une pour les autres adresses email. Il y a de quoi y perdre son latin !

Tout le reste des logiciels est à cette image : l’ensemble laisse une impression de clunky. En passant de l’iPhone à Android, j’ai exactement la même impression qu’en passant d’OS X à Linux : aussi puissant mais on ne peut rien faire si on a pas en permanence une clé à molette dans la poche. Bref, Android est un truc de nerd.

Quand on est habitué à l’ergonomie iOS, passer à Android est déconcertant. C’est comme passer d’une Jaguar ou une Mercedes à une Renault : Renault, même en haut de gamme c’est bien mais ça fait un peu bricolé et mal fini…

Remarquez, sur Android, on se concentre sur l’essentiel : entre les widgets et les applications, on a douze types d’horloges ! Bon, ceci dit, soyons honnêtes : Apple pourrait maintenant proposer des widgets dans iOS : c’est pratique.

En synthèse, utiliser l’htc One X sous Android 4 n’est pas un modèle de fluidité. Si j’étais sévère envers Android, je dirais que sur iPhone on a peu d’applis mais qu’elles permettent de faire efficacement les choses alors que sous Android on passe son temps à remplacer des les applis livrées par d’autres en espérant qu’elles seront moins mauvaises !

Ecoutons de la musique

Je suis de la génération musique. Depuis bien longtemps le smartphone s’est substitué au lecteur MP3. Au delà de l’anecdote, le cas de la musique est intéressant. En effet, mon équipement est tout Apple : vais-je pouvoir m’en sortir avec Android ?

Si je peux écouter de la musique sur mon htc c’est que j’avais pris la précaution de ne pas la coder dans des formats propriétaires d’Apple. C’est un truisme, mais il faut le rappeler : à l’ère de la dématérialisation, les formats sont un enjeu crucial.

Geek que je suis, en quinze ans, j’ai changé environ 12 fois de machine : j’ai eu des Mac (6) mais aussi des PC (6)… sous MacOS, Windows XP, Linux et même BeOS !

Du point de vue de l’usage, la leçon que j’en retiens c’est que l’important n’est pas tant que les logiciels soient OpenSource ou Libres mais que les formats de fichiers soient interopérants… je dois pouvoir lire mes fichiers d’un OS à l’autre et d’un soft à l’autre…

Quand on a vécu ce genre d’expérience on apprécie à leur juste hauteur des systèmes de sauvegarde tels que TimeMachine et, encore mieux, Dropbox : en « virtualisant » le stockage, ce service automatise les sauvegardes et permet le formatage de disque ou le changement de machine très simplement. Les documents sont toujours disponibles, à une synchronisation près.

Avec la musique (et plus largement avec le données multimédia) c’est assez facile. Avec les documents bureautiques, ça l’est beaucoup moins.

En conclusion : quand on prête un minimum d’attention aux formats, lire de la musique ne pose aucun souci.

Le cas du carnet d’adresses

Le carnet d’adresses constitue la base de la vie sociale et, pour le consultant que je suis, une base de business. On peut même aller jusqu’à le considérer comme un actif stratégique !

Pour alimenter mon carnet d’adresses, l’iPhone me permet d’aller les chercher, au choix :

  • Sur iCloud (naturellement : c’est le service de cloud fourni par Apple ;)) ;
  • sur le serveur Exchange de mon choix ;
  • sur Gmail ;
  • sur Yahoo ;
  • sur AOL ;
  • sur Hotmail ;
  • sur MobileMe (l’ancêtre d’ iCloud) ;
  • sur tout serveur Ldap de mon choix ;
  • sur tout serveur CardDav de mon choix.

De plus, l’iPhone permet les synchronisations locales avec une machine (via iTunes) et il est donc également possible de synchroniser son carnet d’adresses locales avec son iPhone.

Et, cerise sur le gâteau : je peux combiner autant de comptes que je veux : tous les contacts se retrouveront gérés par le carnet d’adresses unifié de l’iPhone.

Pour alimenter mon carnet d’adresses, Android me permet d’aller chercher :

  • Sur Google…
  • et c’est tout !

Un seul protocole, un seul fournisseur, un seul compte ! ! ! Naturellement, on trouve des applications et des combines qui permettent de faire mieux, mais nativement Android est quand même très limité. De plus, confier son carnet d’adresses à un fournisseur faisant peu de cas de la vie privée me semble dangereux, surtout pour actif aussi précieux.

Petite précision : sur Android le carnet d’adresses c’est une fonction et non une application : il n’y a pas de carnet d’adresses « indépendant » : les adresses n’apparaissent que dans l’application téléphone et SMS ,ce qui me semble peu pratique.

Enfin, last but least, sous Android par défaut le système lie les comptes de mes amis sur mon téléphone : quand deux fiches lui semblent identiques, elles sont fusionnées en une seule ! Soit, mais je ne lui ai rien demandé ! Pourquoi est-ce qu’on me l’impose par défaut ? Je vois l’intérêt de Google à le faire , mais le mien, qu’en est-il ? Mon carnet d’adresses est-il bien à sa place dans les griffes de Google !

En la matière, l’erreur d’Android c’est de se comporter de manière hégémonique : on m’oblige à avoir un compte Google… c’est ça que je trouve emprisonnant. Chez Apple j’ai une grande sensation de liberté : Apple propose un service de synchro mais n’oblige à rien.

En conclusion

Pour cet essai, j’avais décidé de laisser mon iPhone dans un tiroir et de vivre uniquement avec mon htc sous Android.

Vous ne serez pas étonnés d’apprendre qu’après quelques jours, je sois retourné sur iPhone.

Pourquoi suis-je repassé sur iPhone ? Pas pour le form factor : 3,5″ c’est petit et 4,7″ c’est confortable. Pas pour les performances : le htc OneX est hyper puissant et l’iPhone a l’air d’une 2cv à côté…


Illustration courtesy of ChilliBreeze

Je suis repassé sur Iphone parce qu’avec Android, j’ai l’impression que le Grand Frère Google m’espionne à chaque seconde. Et ça c’est insupportable : avec Android on est obligé de passer par Google… et Google ne respecte pas mon intimité : ils récupèrent des montagnes de données et les revendent dans mon dos à des gens qui me spamment, d’une façon ou d’une autre.

En conclusion, je retiens cette citation d’Andrew Lewis : if you’re not paying for something, you’re not the customer; you’re the product being sold.

Je préfère acheter ma liberté chez Apple que de me prostituer pour Google : si Apple vend de la liberté, Google donne de l’aliénation !

7 Comments

  1. Je peux adhérer sur plusieurs points, notamment l’analogie Android/Linux qui est certes grossière mais que je comprends tout à fait, par contre sur d’autres points je ne peux qu’avoir en tête l’impression que vous restez « enfermé » dans l’idée « l’iPhone c’est génial, Android ne peut pas être mieux ».
    Je pense que si vous donniez plus de chance à votre terminal Android et que vous le testiez plus longtemps (sans vouloir le comparer systématiquement à l’iPhone), alors vous vous retrouveriez à l’apprécier plus que ce que laisse penser votre article. C’est comme passer de Mac ou Windows à Linux, au bout de 2 jours je comprends qu’on puisse vouloir se barrer, c’est pas pour autant que ça ne vaille pas le coup de pousser l’utilisation un peu plus loin, dans le pire des cas le risque est de s’habituer et d’apprécier!

    Les terminaux Android et les iPhones sont certes des smartphones, mais au final ils permettent d’effectuer les mêmes tâches, seules les méthodes et degrés de liberté varient donc je trouve pas vraiment cohérent de vouloir retrouver une fonction que propose l’iPhone de manière quasi-exacte (surtout quand on voit tous les brevets que possèdent Apple) chez Android.

    Mais tout ceci n’est que mon point de vue d’utilisateur Android et de mon côté je n’ai jamais testé sur du long terme l’iPhone, ce qui fait que je me retrouve peut être à contre courant de vos idées. De mon côté je trouve qu’Android me fournit plus de liberté que pourrait me fournir iOS.

    Quant à l’espionnage Google (il faut savoir qu’il y a des ROMs alternatives totalement indépendantes du grand manitou), il ne faut pas croire que Apple est tout beau/tout propre et vous vend de la liberté en vous vendant un iPhone (quand je pense que dès la première utilisation iOS vous demande un numéro de carte bleu, elle est où la liberté?)

    Ce commentaire n’est en aucun cas une attaque à votre personne ou à vos idées, mais plutôt une ébauche d’explication des différences de point de vue que j’ai sur les arguments que vous avancez :-)

  2. En fait j’ai utilisé ce téléphone Android pendant un peu plus d’une semaine en continu et parfois encore de temps en temps… Dans mes essais, j’ai cherché en quoi Android pouvait dépasser l’iPhone car si cela avait été le cas, j’aurais basculé sur Android… si j’avais voulu juste faire un test, j’aurais acheté un Android de base avec les points donnés par mon opérateur ;)

    Vous mettez le doigt sur un point important et que d’ailleurs j’ai hésité à traiter dans cette note : il existe une grande différence entre Apple et Google.

    Apple possède sur ses clients de très nombreuses données. Apple passe son temps à les traiter et à les analyser… mais, au contraire de Google, Apple ne les revend pas sous forme de publicité. Voire, Apple ne les passe à personne. Prenez le cas du conflit entre Apple et la presse : Apple refuse de passer aux éditeurs les coordonnées des clients de l’AppStore ! Personnellement, je trouve ça rassurant.

    Sur le numéro de CB : il a l’air obligatoire, mais rassurez-vous il ne l’est pas et on peut tout à fait ouvrir un compte chez Apple sans carte bancaire (il suffit de cocher la bonne case)

    BTW, aucun souci sur les commentaires : ils sont faits pour échanger…

  3. La phrase « Vous ne serez pas étonnés d’apprendre qu’après quelques jours, je sois retourné sur iPhone. » m’a trompé et m’a fait croire que vous aviez effectué un test léger d’Android. Me voilà rassuré :-)

    La différence entre Apple et Google que vous citez est tout à fait correcte et après libre à chacun de choisir en fonction de cette différence, mais votre conclusion « Je préfère acheter ma liberté chez Apple que de me prostituer pour Google : si Apple vend de la liberté, Google donne de l’aliénation ! » peut faire croire que vous annoncez qu’Apple permet plus de liberté que Google. J’ai pris l’exemple de la carte bleue car il me fait sourire (et est apparemment tout à fait infondé, my mistake) mais pour être plus sérieux prenons l’exemple des applications disponibles sur l’AppStore.

    Voilà une différence de contrôle entre Apple et Google qui me fait pencher en faveur d’Android! Quand je vois que la firme de Cupertino contrôle et sélectionne les applications qui sont disponibles soit disant dans le but de protéger l’utilisateur (Apple prend l’utilisateur iphone pour incapable de faire ses propres choix?) alors que leur but réel qu’est le profit, une chose qui est concevable pour une entreprise dans notre monde capitaliste, ne favorise pas au final l’innovation mais au contraire la ferme au sein du système iOS. (bien sûr il existe des solutions alternatives pour pallier à cette embûche comme le jailbreak par exemple)

    D’ailleurs, point important: l’innovation. Vous qui êtes docteur en ingénierie de l’innovation, je comprends tout à fait votre engouement pour l’iPhone et que pour beaucoup apple=innovation, mais ne trouvez vous pas qu’en même temps ce contrôle est totalement un frein pour l’innovation? Je trouve leurs stratégies paradoxales: d’un côté une innovation sur les matériaux, les architectures, l’ergonomie, et de l’autre un blocage complet du système!

    Je commence à dériver mais du coup tant que j’y suis: si je peux faire une suggestion d’article sur le même thème, j’aimerai bien connaître votre avis sur l’innovation autour des smartphones. Pour avoir pu essayer les deux systèmes, qu’est-ce que vous en tant qu’expert, accréditez en terme d’innovation sur chacun des 2 systèmes? Car après tout si Android est présent sur 45% des smartphones aux USA c’est sûrement pas pour rien :-)

  4. Vous avez raison sur un point : Apple est plus exigeante envers les programmeurs que Google : les guidelines de l’AppStore sont plus stricts que ceux que l’Android market. Ceci dit, il faut relativiser : seules quelques applications ont été refusées et 94 % des applis sont validées en moins de 3 jours… en conclusion Apple se comporte en organisateur de son eco-système, comme Google d’ailleurs, mais d’une façon différente.

    Sur l’innovation, toute la question est celle d’une définition du sujet. Avant de se lancer tête baissée en décretant on va « faire » de l’innovation comme d’autre « font » la Grèce ou l’Egypte, il s’agit de savoir ce qu’on entend pas innovation.

    Une innovation c’est une bonne idée qui trouve son marché. Autrement dit s’il n’y a pas de sanction par le marché, il n’y a pas d’innovation. Et donc oui, Apple = innovation, tout come Google = innovation tout comme Moulinette = innovation. Et, encore une fois, Apple ne « bloque » pas le système, elle l’organise.

    Enfin, pour répondre à votre question, si 45 % des smartphones aux USA (et sans doute au moins autant en France et en Europe) sont sous Android, c’est sans dout que les constructeurs et les opérateurs n’y sont pas étrangers : allez dans une boutique, demandez à un vendeur quel smartphone il conseille : vous avez de grande chances de repartir avec un Android. En grande partie sans doute parce que les politiques commerciales des boutiques « poussent » Android pour des raisons de gros sous (pour faire simpl, on gagne puls à vendre un Android qu’un iPhone)…

    F

  5. Votre billet m’a été tres utile car comme vous j’envisageais d’echanger mon ecran de 3,5″ par un 4,8″. Mais vous avez confirmé ce que je craignais à savoir l’obligation de passer par google pour beaucoup de choses et j’ai comme vous une certaines aversion pour les pdts « gratuits » de Google.

  6. Intéressant à lire mais trop partisan, trop centré sur votre activité écononomique et le monde économique dans lequel vous vivez (utilité du carnet d’adresses par exemple dans un monde non service/tertiaire). Et biaisé par votre expérience passée sous Apple, donc vos habitudes.
    Prenez un smartphone d’entrée de gamme 170€ (entrée de gamme inconnue chez Apple), mais permettant tout de même des applications gratuites telles que le GPS (très fonctionnel), le surf sur internet, les emails, + toutes les applications imaginables et présentes dans la biblio Android), et permettant de se connecter très facilement sur un PC par USB. Donnez le à une personne qui n’a qu’une connaissance très limitée en informatique et une connaissance vierge en utilisation de smartphone. 2-3 conseils seront tout de même à dispenser pour franchir certaines barrières et découvrir le potentiel d’un smartphone. Observez-là évoluer, et revenez-nous voir.
    Vous aurez alors un 2ème jugement sur un produit non Apple.

  7. Personnellement, je suis en attente d’ubuntu fonctionnel sur Samsung Galaxy. Une révolution, branchez votre smartphone sur un écran pc et il se transforme en ordi classique. C’est sûr, ça casse l’ambiance. Comparer Google à Apple, c’est un peu comparer BASF et Monsanto… J’espère que Linux cette fois ci, va gagner en visibilité au lieu d’être pillé pour être ensuite fermé.

    Vous ne voulez pas être fliqué? Je suppose que vous n’avez donc pas de compte facebook, que vous n’utilisez pas google pour chercher sur le net, que vous avez désactivé toutes les fonctions de géolocalisation etc… Avoir un smartphone et fréquenter les réseaux sociaux implique que vous avez coché la case « oui, je suis une donnée commerciale potentiellement exploitable ».

    J’ai quitté le monde windows pour Linux Ubuntu il y a 5 ans. Ce fut compliqué car par la même occasion, j’ai abandonné doucement (en redirigeant) mon hotmail. Depuis, la notion de liberté a un vrai sens, rien à voir avec: qui est le moins intrusif, google ou apple. J’attends donc ubuntu sur galaxy, oui, pour quitter complètement le monde Google, avoir un os des plus performants et espérons le, une possibilité d’être un maximum anonyme.Ca le sera de toutes les manières bien plus qu’avec les 2 mastodontes.

    Sinon, je ne dois pas être normal, mais je trouve et toujours trouvé que l’iphone n’était pas beau. (non, pas la tête, aie :). Ces gros arrondis, son épaisseur.

    Autre fait intéressant (je n’ai plus la source mais c’est récent). Apple commence à perdre des parts de marché aux states. Chose qui n’est jamais arrivée: il se ringardise. Et là, la marque n’est pas préparée à ça… Ringard auprès des jeunes car leur parents ont les mêmes phones que eux.

    Avoir un iphone et être, être libre, pensez différement. [être]… comme mon père, ma mère?
    Il leur faut de quoi se différencier à cette jeune cible, un smartphone qui leur ressemble, qui sait les [comprendre]. Perdre les jeunes, c’est dramatique pour ce secteur, comme perdre les entreprises pour Blackberry.

    D’autant plus que le jeune aime changer de téléphone chaque année et c’est difficilement possible avec du Apple. Trop cher. Pas d’offres suffisamment intéressantes avec les opérateurs. Apple sera disposé à réduire ses prix de ventes prohibitifs? Bonne question…Ils ne l’ont jamais fait.

    Et donc, ceci risque de nous amener à la situation d’Apple dans les années 90. Tout le monde disait que Mac était mieux mais on achetait quand même du PC.
    La grande époque de la customisation et du montage, de la personnalisation…

    La guerre du smartphone risque donc de se passer ailleurs que dans la qualité de l’os et la finition de l’objet. C’est déjà en train de se passer. Du moment qu’on me laisse une alternative libre sous linux, que les gros se dévorent, ça fait du spectacle!

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>