Changer de perspective

L’usage maintenant établi et désormais massif des services numériques a permis en 2018 l’émergence de l’intelligence artificielle qui marque l’entrée dans une nouvelle ère, celle d’une informatique des dérivées en quelque sorte. L’humanité dispose aujourd’hui d’outils lui permettant de rendre le futur certain, le présent déterminé et le passé inutile.

Cela vous semble ridicule ? C’est normal ! Comme toutes les innovations, l’intelligence artificielle doit passer par trois stades bien connus : ridicule, dangereux et, enfin, évident. Du cycle du hype à la théorie du gouffre, toutes les analyses cherchent en réalité à comprendre ce qui se joue entre ces trois stades de l’appropriation des innovations.

On peut également se demander si, finalement, le numérique ne serait pas la solution mais plutôt le problème ? Ou si, finalement, l’innovation ne serait pas la réponse mais plutôt la question ?

Comme souvent, quand on fait un pas de côté pour changer de perspective, on revient à l’essentiel, c’est-à-dire à l’humain, qui doit, plus que jamais, rester la mesure de nos réflexions et de nos actions.

Entre les robots, les voitures autonomes et l’intelligence artificielle, nombreux sont ceux qui se demandent quelle place il restera bientôt à l’être humain. Bon sang, mais c’est bien sûr ! Aujourd’hui et demain, comme hier, une seule place est possible : au centre, naturellement. Au centre de nos préoccupations, au centre de nos réflexions et au centre, enfin, de nos travaux ; une vision des choses qui se retrouve dans le Chant du monde de Jean Lurçat.

L’homme en gloire dans la paix

C’est précisément l’humanité de l’homme qui fait que l’homme est l’homme. Autrement dit ce sont nous imperfections qui nous rendent humains et qui nous distinguent des machines. Les machines ne font pas d’erreur et quand on essaie de les rendre intelligentes on leur apprend en réalité à ne rien faire d’autre que de se comporter en machines. Au contraire, des erreurs, l’homme en fait et en fera toujours. C’est pour ça que l’homme est l’homme et c’est ce qui le rend à la fois unique et irremplaçable. Avant de nous lancer tête baissée dans la technique et l’intelligence artificielle, il est urgent de nous approprier notre humanité, c’est-à-dire de revendiquer nos imperfections.

Dans un monde qui cherche la perfection, il faut changer de perspective ; bref, il est urgent de se tromper !

En vous souhaitant à toutes et à tous une excellente année 2019, pleine de santé, d’affection et de réussite pour vous et vos proches, je formule le voeux que chacun d’entre-nous remette de humain dans sa vie.

Post navigation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.