Mon parcours professionnel

Norbert PaquelJ’ai commencé ma vie professionnelle comme consultant junior, aux côtés de Norbert Paquel qui m’a fait découvrir internet en juin 1993, à l’ENSMP. Plus qu’un patron, Norbert a été un mentor : il a eu la chance de « terminer » ma formation initiale en m’inculquant les bases d’une réflexion construite. Et c’est Norbert qui m’a appris à écrire. Norbert m’a confié des travaux « internes » (construction d’un réseau de Mac, mise en place d’un serveur mail, gestion du parc informatique, gestion des travaux dans les bureaux) ainsi que des missions de conseil (couvertures de salons américains, rapports, notes de synthèse, présentations client). Au delà de ces aspects purement professionnels, Norbert est pour moi un exemple d’intelligence et un modèle humain, en un mot un maître.

Puis j’ai été pendant 3 ans l’adjoint de Jean-Michel Billaut, à l’Atelier de veille technologique de Paribas. Jean-Michel est réellement un homme hors nomes, attachant et complexe, surprenant. C’est à ses côtés que j’ai appris à mettre mon ego dans ma poche et mon mouchoir dessus. Cette attitude me plait bien et m’a permis de développer une humilité que j’ai gardée et qui me permet d’initier des projets et de les transmettre à d’autres pour la phase de mise en production. Mon goût pour la nouveauté et les terres vierges était déjà grand mais c’est à l’Atelier que j’ai atteint le point de non retour ! Défricher, aller au devant de l’inconnu, observer les mondes nouveaux, chercher à les comprendre, analyser ce qui s’y passe, mais aussi transmettre ce que j’ai vu pour aider les autres à avancer. A l’Atelier, j’ai formalisé mon profil professionnel.

C’est aussi à l’Atelier que j’ai eu l’occasion de créer la WebSchool, école internet des dirigeants français. Cela fut une belle expérience qui a développé mon goût du contact humain et de l’animation de groupes de travail. J’ai parcouru la France et l’Europe pour faire des conférences, animer des tables rondes et des ateliers de découverte. J’ai aussi participé à des émissions de télévision et de radio. C’était en 1998, pendant la coupe du Monde de football. L’ambiance était assez surréaliste et j’étais dans une sorte de bulle.

J’ai ensuite co-fondé la Business Village, start-up de services professionnels sur internet. Jean-Charles Bossard et Brahim Hamdouni m’ont accompagné dans cette aventure. Nous avions lu « NetGain », un bouquin américain sur les communautés électroniques professionnelles et ce fut l’étincelle qui nous a lancé dans l’aventure Business Village. A cette époque là, nous avons lancé le web utile pour les PMI et PME : des services pratiques développés pour les professionnels. Une innovation commerciale : les entreprises pouvaient payer par prélèvements mensuels sur des comptes en banque et pas uniquement par carte bancaire. Simple mais efficace ! J’étais directeur commercial de cette structure. Cela m’ouvrait les portes du restaurant de direction de la Compagnie Bancaire (grand privilège) mais cela m’a surtout permis de développer l’activité : en 13 mois d’exercice, j’avais atteint le point mort commercial mensuel (les rentrées du mois en cours couvraient les dépenses du mois précédent). Cela m’a aussi permis de découvrir tout un bestiaire savoureux de professionnels de tout crin : les patrons de PME, c’est quand même des personnalités bien particulières. Business Village m’a aussi donné le goût du pouvoir car j’étais au conseil de direction de l’entreprise.

Business Village était ISP et a donc adhéré à l’AFA. L’internet étant à cette époque un petit monde, j’ai été élu secrétaire général de cette association. J’ai découvert les activités de représentation et la découverte des intérêts communs. J’ai trouvé cela très riche. Représenter et défendre une profession m’a beaucoup plu. Il faut avoir des choses à dire et aimer le contact humain.

Surfant sur la vague internet, j’ai rejoint Wanadoo en 2000. A cette époque Wanadoo était partagée entre l’accès et les contenus. J’ai travaillé aux côtés de Cyril Vart et de Padoue Lair, dans la division Wanadoo Portails. J’avais en charge la stratégie e-commerce. Après une phase de réflexion stratégique, nous avons lancé une nouvelle version de l’espace Wanadoo Shopping, puis lancé les chaînes thématiques et les boutiques associées (femmes, sport, glisse et quelques autres). Après cette première phase, j’avais en charge l »expertise stratégique ». Ce poste avait été taillé sur mesures pour moi par Cyril Vart. Cela me permettait de participer à nombre de projets et d’avoir les mains et l’esprit libres. J’ai ainsi touché à du due diligence, quelques partenariats, des études. Réellement un bon moment… mais FT a réorganisé Wanadoo et j’ai du trouver un autre job chez FT.

J’ai alors intégré la maison mère : le groupe France Telecom.

Chez FT eBusiness, tout d’abord, structure qui était en création et qui devait cristalliser les initiatives de la direction des grands comptes en matière de eBusiness. J’étais chargé du développement sectoriel banque et assurance. Malgré l’ambiance brouillonne de cette structure qui n’arrivait pas à trouver une stratégie claire, j’ai quand même pu développer des partenariats innovants avec une banque et un éditeur de logiciels d’assurances pour créer une solution de gestion de cabinet d’assurances en mode ASP.

A la dissolution de FTeB, j’ai rejoint la direction commerciale de la division des grands comptes de France Telecom qui, entre temps était devenue Orange Business Services. J’avais en charge le soutien marketing aux offres ebusiness. J’ai ainsi pu animer quelques séminaires, construire des offres pour des banques et des assurances. J’ai aussi aidé au démarrage le projet Certimail qui finalement n’a pas été retenu par France Telecom.

C’est à l’occasion de ce poste que je suis parti pour une mission de 4 mois à Varsovie, en Pologne. La mission Business Storm avait pour objectif d’aider la branche entreprises de Telekomunikacja Polska à établir et démarrer son plan de développement stratégique.

Jusqu’en 2007, j’ai assuré plusieurs missions de marketing de services et d’innovation pour FT e-Business et la direction des grands comptes de France Telecom. Enfin, j’ai assuré la maîtrise d’ouvrage technique et métier de la relation clients par internet d’Orange Business Services.

Actuellement, j’ai quitté France Telecom et je viens de créer Francois DRUEL Conseil, une structure qui me permet de vendre mon temps de cerveau disponible, pour vous accompagner dans vos réflexions autour de la valeur-client. N’hésitez pas à me contacter : je peux vous aider dans vos projets de créativité, d’innovation ou de maîtrise d’ouvrage de projets.

Ma spécialité est la création de produits nouveaux : de la phase de conception à la phase de mise en oeuvre, en passant par la recherche de partenariats.

Parallèlement à cette activité, je suis également chercheur associé du laboratoire Présence-Innovation de Laval (Ensam-ParisTech, centre d’Angers). Le laboratoire est spécialisé en Ingénierie du virtuel et conception de produits nouveaux.

Mes thèmes de recherche sont la valorisation et l’évaluation des activités innovantes, en particulier pour les créations non marchandes communautaires et le capital immatériel.