2013, année de l’hyper-local

En ce début janvier, je suis heureux de vous souhaiter une excellente année 2013 pleine de bonnes choses professionnelles et personnelles pour vous et vos proches.

Avant tout, alors que FD Conseil est maintenant entré dans sa cinquième année, je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui me font confiance. C’est grâce à vous que je trouve chaque jour l’énergie pour avancer, chercher et travailler à votre service.

Venons-en à notre sujet du jour…

L’hyper-local : la tendance de 2013

2012 a tenu sa promesse et a bien été l’année du mobile. Plus exactement, pour la première fois cette année plus de 50 % du trafic internet a été effectué depuis les mobiles ou en situation de mobilité (c’est-à-dire avec un téléphone mobile, un smartphone ou une clé 3G).

En 2013, l’hyper-local sera la tendance à surveiller de très près.

Du point de vue des usages, il ne s’agit d’ailleurs que d’une conséquence somme toute naturelle de la prééminence du téléphone mobile.

Maintenant que les smartphones permettent de se connecter facilement à l’internet, les usages se font jour. Naturellement, il y a les usages en mobilité de services initialement conçus pour des usages fixes, à commencer par le mail, le web ou Twitter.

La vraie dimension de la mobilité n’est pourtant pas là. Ce qu’il s’agit de surveiller ce sont les usages spécifiquement conçus pour ce nouvel environnement, tel que le fait ibought dont je vous ai parlé dans ma dernière newsletter.

Sur la carte de l’internet, deux échelles vont dorénavant cohabiter : la dimension globale va perdurer pour les services devenus aujourd’hui des classiques et qui ont envahi notre quotidien.

Une autre granularité va se généraliser, très fine : les services locaux. L’hyper-local c’est précisément ça : ce que chacun peut faire en mobilité, à l’échelle du mètre, avec son téléphone, sa voiture ou tout autre équipement.

Aujourd’hui deux services montrent la voie

Yelp est un guide de services : ville par ville, rue par rue, Yelp recense tout : commerce, équipements, points d’intérêts… Avec environ 6 millions d’utilisateurs « seulement », Yelp reste assez confidentiel. C’est pourtant ce service qu’Apple a intégré à iOS 6 et qui fourni un certain nombre d’informations sur l’iPhone.

FD Conseil sur Yelp

FD Conseil sur Yelp

Yelp se finance par la publicité et génère un chiffre d’affaires de 80 millions de dollars. Le service est alimenté par les annonceurs eux-mêmes ainsi que par quelques partenariats, dont un avec Facebook.

Chacun peu faire apparaitre son commerce sur Yelp. Voici par exemple la page de FD Conseil sur Yelp !

Foursquare est beaucoup plus connu. Cette société qui n’a pas encore été introduite en bourse se finance pour l’instant par des levées de fonds (la dernière, en juin lui a permis de lever 20 millions de dollars pour une valorisation de 95).

Il s’agit d’un réseau social dont le moteur est ludique. En se signalant à un endroit ou à un autre, on gagne des points et des médailles en tout genre. C’est très amusant de jouer avec ses amis. On se retrouve d’endroits endroits et on se bat pour devenir le « maire » de tel ou tel bar où on a des habitudes connues. A la manière d’Instagram on peut également partager des photos.

FD Conseil sur Foursquare

Tableau de bord de Foursquare

Comme toujours l’important n’est pas dans l’apparence des choses ! Le jeu n’est que la partie visible de l’iceberg. Ce que Foursquare est en train de construire c’est un véritable outil de marketing à destination des commerçants et en particulier des réseaux de magasins.

Il suffit de créer un « lieu » dans Foursquare pour découvrir que le service met à disposition des administrateurs un tableau de bord d’une précision diabolique (nombre de visites et répartition par heure, jour, visiteurs, relais sur les réseaux sociaux, etc.) et des outils d’animation commerciale qui, sans en avoir l’air, sont plutôt puissants (création d’événements, de promotions, de badges…).

Retrouvez FD Conseil sur Foursquare.

Bref, ce que ces deux services sont en train d’inventer ce sont des sortes de pages jaunes interactives à l’échelle mondiale.

Il y a fort à parier que bientôt chacun se servira de Foursquare ou de Yelp pour se repérer dans la ville ou pour trouver tel ou tel commerce.

L’enjeu : la connaissance client

Evidemment, des millions d’utilisateurs qui font des check-in 24h/24 sur la planète entière, cela génère des montagnes de données ! Un exemple parmi d’autre des fameuses big data dont on arrête décidément plus de parler depuis quelques temps.

A bien y réfléchir, l’enjeu de ces big data là, c’est la connaissance clients : que font-ils ? Où vont-ils ? Répondent-ils présent à des telle ou telle sollicitation ? Viennent-ils dans mon commerce seuls ou en groupe ? A quelle fréquence ? A quelle heure ? etc.

Certains se diront qu’ils n’ont pas de clients… et pourtant, quelque soit le nom qu’il prenne, le rapport client-fournisseur est universel. Voici donc quelques pistes de services hyper-locaux pris dans des activités très diverses :

A tout seigneur, tout honneur. Il est évident que les municipalités ont tout intérêt à développer des applications de villes pour leurs citoyens. Annuaire des services, prise de rendez-vous, réservation de créneaux horaires (pour jouer au tennis ou rencontrer ses élus… du point de vue informatique c’est la même chose ;-), signalement d’encombrants, places de parkings disponibles, heures d’ouverture et géolocalisation des commerces… le nombre de services tend vers l’infini.De plus, les informations ainsi rendues accessibles à tous les citoyens peuvent faire l’objet de mise à disposition sous forme d’Open Data, un sujet passionnant dont je serai amené à vous reparler.

C’est d’ailleurs que ce que leur propose Proxitoyens, filiale de Localéo, partenaire de longue date de FD Conseil. Une application municipale est un outil pratique, au quotidien pour des citoyens qui se comportent comme des clients et qui sont toujours plus exigeants en matière de relation avec leurs municipalités-fournisseurs.

Il est évident que les municipalités doivent dores et déjà intégrer Foursquare et Yelp à leur réflexions en matière d’intelligence territoriale afin d’anticiper les mouvements et de chercher à développer l’attractivité de leurs territoires. L’Open Data n’est que la face visible d’un iceberg que Localéo a déjà anticipé et qui va arriver comme une déferlante : le marketing municipal.

Autre exemple : pour les promoteurs immobiliers, l’hyper-localité consiste à intégrer au coeur même de l’immeuble un système de gestion de vie dans le bâtiment. Les services restent en grande partie à inventer mais il y a fort à parier que le lien avec l’internet des objets sera fort. Autre piste, pour les promoteurs : intégrer des services communs à forte valeur ajoutée (machines à laver notamment) avec système de réservation intégré à une application mobile. Encore peu courante en France,cette pratique pourrait se généraliser.

Dernier exemple : la publicité télévisée. Quoi de plus naturel pour un annonceur que de chercher à combiner l’impact de la télévision (le fameux GRP) et les répercussions d’une campagne dans son réseau de magasins. En relayant un spot par un check-in en magasin, on obtient une mesure d’efficacité immédiate et bien réelle.

Je pourrais multiplier à l’envi les exemples possibles d’utilisation de l’hyper-localité… le thème est plus que porteur et la tendance à surveiller de près.

FD Conseil : comprendre et s’approprier l’hyper-local

Pour vous approprier cette thématique plus que passionnante et trouver des déclinaisons dans vos métiers, FD Conseil peut vous accompagner par des formations et des séminaires de créativité (prise en charge possible au titre de la formation professionnelle), ou animer des conférences et des tables rondes.

Naturellement, nous pouvons également envisager un projet innovant (et profiter des avantages du CIR permis par mon statut d’expert scientifique).

Je vous souhaite à toutes et à tous une excellente année 2013

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>